Le second semestre de la troisième année du Magistère (deuxième année de Master professionnel) doit se dérouler dans une université étrangère choisie par l'étudiant. Un certain nombre d'enseignements juridiques en rapport avec le droit des Techniques de l'Information et de la Communication ou de la Propriété Intellectuelle devront être sélectionnés par l'étudiant. Les résultats universitaires obtenus lors de ce séjour donneront lieu à l'attribution d'une note d'évaluation étrangère.

Ce semestre laisse souvent un souvenir impérissable aux étudiants, qui trouvent là l'opportunité de découvrir et d'appliquer un système juridique différent de celui existant en France.

Exceptionnellement, et au vu d'une lettre dûment motivée, le directeur du Magistère peut autoriser un étudiant à ne pas suivre d'enseignements à l'étranger au second semestre. Un stage compensatoire de six mois (comportant, dans la mesure du possible une dimension juridique étrangère ou internationale) devra être effectué dans une entreprise ou une administration de son choix. Un rapport de stage devra rendre compte de cette expérience et sera sanctionné par une note.

Dans le cadre de sa politique de relations internationales, la Faculté de Droit et des Sciences Sociales de l'Université de Poitiers a conclu des conventions bilatérales d'échanges d'étudiants avec des universités étrangères.

Les conventions signées avec des universités de l'Union Européenne sont des échanges ERASMUS-SOCRATES. D'autres conventions sont des accords avec des universités hors Europe. Tous ces échanges ont été conclus selon deux principes :

  • la gratuité des droits d'inscription dans la faculté étrangère
  • la reconnaissance des études effectuées à la faculté étrangère dans le cursus national à l'aide du système ECTS.

Les cours peuvent être dispensés soit en anglais, soit en français, soit dans la langue nationale.

Voir les destinations proposées.

Les aides financières

"Partir en ERASMUS dépayse. C’est une très bonne expérience, difficile à renouveler une fois que l’on a intégré le monde du travail, et cela permet de faire une coupure entre la fin des études et le début de la vie professionnelle. En un mot, cette période était enrichissante. Ca n'était pas toujours facile, mais l’on apprend beaucoup à vivre à l’étranger, cela permet une plus grande ouverture d’esprit et une plus grande adaptabilité."

Léo Fradet - promotion 2011

"One of the best experiences in the world"

Aurélien Fabre - promotion 2012